Couture

Ma petite robe noire

Hello ! C’est l’heure pour un nouvel article mode. Ce troisième post vient clôturer le cycle mode/couture, entrepris ces dernières semaines. Prochainement, nous aborderons des thématiques lifestyle. J’ai notamment compilé des conseils beauté et bien-être que j’ai hâte de partager avec vous.

Aujourd’hui je vous retrouve pour partager avec vous ma dernière création : une robe noire, jusqu’à présent rien de bien original me direz-vous. Attendez, je n’ai pas terminé ! Une petite robe noire dans son placard, OK c’est un basique, que dis-je un indispensable. Mais alors, qui y a-t-il d’original ?

Je ne vous cache pas que je suis assez fière d’avoir réussi à concrétiser un croquis en grandeur nature. Pour cela, j’ai utilisé le patron Alexa de Fibremood et j’ai procédé à quelques opérations de moulage afin d’ajuster la robe notamment, au niveau de la taille.

Si cela vous intéresse, je repréciserai les étapes pour modifier le patron d’origine dans un prochain article.

A présent, découvrons ma dernière cousette !

Show devant !

Le jour où tout a basculé

Au risque de paraître un peu mièvre, lorsque j’étais plus jeune, j’adorais regarder les diffusions des tapis rouge. Je me souviens précisément du jour où j’ai eu un des plus gros coups de cœur mode de ma courte vie de fashionista.

C’est en 2005, (j’avais 15 ans à l’époque, le temps passe si vite) lors de la 77ème cérémonie des Oscars que je suis tombée en émerveillement total pour une des plus belles créations couture : la robe bleue marine Guy Laroche divinement portée par Hillary Swank . Ce soir là elle a remporté l’oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans « Million dollar baby « . Pour moi, elle a remporté une des places de mon TOP 3 des pièces les plus iconiques mode (si vous êtes sympas, je la partagerai avec vous).

Je vous laisse juger par vous-même :

Dévoiler son dos : un atout charme peu exploité

Lorsque j’étais adolescente, stylistiquement parlant, je me suis beaucoup cherchée. Je vous passe les détails, mais la liste des fashion faux-pas est très longue et je préfère vous épargner cela (et pour tout vous dire, je n’assume pas tout). Cette errance stylistique s’explique, en partie, par les nombreux complexes vis-à-vis de mon corps et à cause de mes rondeurs. A l’époque la mode était bien moins conciliante avec les morphologies un peu plus « opulentes ».

Alors le jour où j’ai vu cette robe longue avec un décolleté magnifique, cela a signé le début d’une belle histoire pour dévoiler une partie de mon corps qui me posait le moins de problème : mon dos !

Le dévoiler peut s’avérer être très élégant et séduisant : cela requiert de faire preuve de subtilité. Si je devais le dire d’une façon plus triviale : «  il ne faut pas tout déballer ! « . Je l’ai déjà précisé à maintes reprises dans mes différents posts : l’élégance se résume, selon moi, à suggérer. Si vous combinez ce précieux conseil avec une bonne attitude, peu importe le vêtement que vous porterez vous serez chic en toutes circonstances !

A la recherche de la robe idéale

Une histoire de couleur

Se lancer dans la réalisation d’une robe que l’on a dans un coin de sa tête et la matérialiser n’est pas une mince affaire. Si vous jetez un oeil aux différents styles postés sur mon compte Instagram, c’est un fait, j’adore porter de la couleur et des imprimés.

Pour cet ouvrage, le dos nu étant l’aspect le plus marquant de la robe, il fallait absolument contrebalancer « ce côté sexy » en misant sur une couleur neutre.

Pour ne pas sombrer dans le « too much », j’ai basculé du côté obscur en choisissant la couleur noire. Certes, c’est une couleur élégante mais je suis réticente à la porter, je lui préfère le bleu marine un peu moins austère et tout aussi facile à associer.

Pour la matière, j’ai choisi de travailler la maille, ici la maille Milano des coupons de Saint-Pierre, une matière stretch qui était toute indiquée pour ce projet.

Couturière en devenir

2021 marque le début de ma deuxième année de « couturière assidue ». Je commence à prendre un peu plus confiance en moi et j’ose expérimenter. Je suis d’ailleurs partie d’un modèle existant, la robe Alexa de Fibremood. Promis, je n’ai pas d’actions chez eux, mais je trouve leurs magazines très bien conçus. D’ailleurs, j’en possède plusieurs exemplaires.

La coupe assez simple était facile à modifier en fonction de mes envies. J’ai ajusté la pièce du dos pour la transformer en dos nu, je ferai un focus à ce sujet dans un prochain article.

Je ne souhaitais pas avoir un effet trop prononcé dans le dos, comme cela est le cas pour la robe d’Hillary Swank, il s’agit d’une interprétation personnelle, le but est de pouvoir porter cette robe, en soirée ou lors d’une sortie au restaurant (pour la seconde option, cela reste à être confirmé dans les prochains mois).

Pour y apporter un petit détail couture, j’ai cousu des boutons noirs, cerclés d’une touche dorée (#teamshinygirl) au niveau du col.

La modification la plus importante et la plus compliquée à mon sens, a été d’ajuster la robe au niveau de la taille pour éviter « l’effet tube ». J’ai dû m’y prendre à plusieurs reprises pour y parvenir. J’ai parfois eu des sueurs froides mais le « job has been done ! ».

Que pensez-vous de cette création (presque originale) ?

2 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *