Fashion

Couture – la robe salopette

Hello ! Je suis ravie de vous retrouver pour un nouvel article. J’ai bravé la tempête pour vous proposer ce nouveau look. Si vous me suivez sur Instagram, vous n’êtes pas sans savoir que je me suis remise à la couture depuis quelques mois. Après une longue pause, il était temps de m’y remettre. Dans mon premier post sur le blog, je faisais allusion aux deux personnes qui m’ont initié à la couture : ma grand-mère et ma mère, couturières accomplies, grâce auxquelles j’ai découvert cet univers fascinant dès mon plus jeune âge.

Autant que je me souvienne, j’ai toujours apprécié les belles étoffes et le bric à brac de la couturière : les boutons, les rubans, le mètre de couture … Au cours de mon enfance, j’ai eu la chance d’avoir une garde-robe sur mesure et ultime privilège pour l’apprentie fashionista qui sommeillait en moi : le bonheur de porter des pièces uniques. J’affectionnais un vêtement en particulier : une robe dont l’imprimé écossais tartan bleu, était une vraie petite merveille.

En véritable passionnée de mode, j’ai eu l’opportunité d’intégrer l’Ecole supérieur des Arts Saint-Luc de Tournai, pour y suivre le cursus design de mode, où je n’ai finalement suivi que la première année. A mon sens, cette expérience a forgé mon rapport vis-à-vis des tendances : au-delà d’avoir les dernières pièces phares de la saison, il s’agit avant tout d’exprimer son individualité et de s’inscrire dans un processus créatif. Selon moi, c’est l’aspect le plus intéressant du processus de création textile.

J’ai récemment confectionné une robe salopette en tweed : une matière noble et intemporelle.

Le modèle provient du magazine de couture Fibremood, il s’agit du modèle Dagny. Je voulais une robe décontractée mais avec côté un peu plus chic. La recherche du tissu adéquat fut longue mais j’ai fini par trouver la perle rare chez Tissu Papi. Dans cette boutique, située à Roubaix, des centaines d’étoffes s’amoncellent et on y trouve de véritables pépites !

Pour accessoiriser cette robe aux légers accents vintage, j’ai trouvé dans mon dressing les pièces et accessoires, lesquels je pense, s’harmonisent avec la tenue.

C’est la deuxième fois que je porte un vêtement cousu par mes soins dans un post, le premier fut une blouse d’inspiration Victorienne.

Alors, envie de tenter l’aventure et de confectionner vos vêtements ?

béret (old) – sous-pull col roulé blanc cassé Mango – robe salopette home made, modèle Dagny, Fibre Mood – veste en fausse fourrure noire Promod
sous-pull col roulé blanc cassé Mango – robe salopette home made, modèle Dagny, Fibre Mood

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *