Couture

Bodylicious – partie 1

Hello ! En cette belle journée ensoleillée, je vous retrouve pour parler mode / couture. Toute allusion au titre des Destiny child bodylicious est totalement fortuite ;). Attention, la température va encore monter d’un cran : je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler lingerie et comme vous l’aurez deviné dans le titre, pour vous parler d‘une pièce que j’affectionne particulièrement : le body. Et pour cause, la folle passion de la lingerie s’est emparée de moi, il y a quelques années ! Depuis, je possède une belle collection, sans cesse renouvelée au grès des saisons.

J’ai repris la couture il y a bientôt 3 ans et je dois dire que les pièces de lingerie représentent un beau challenge. J’expérimente, parfois le résultat n’est pas à l’attendu ( mes critères sont très élevés) mais je persiste pour parvenir ) mon objectif. Tout d’abord, j’ai débuté avec un soutien-gorge sans armature, puis j’ai appris à confectionner des petites culottes, un body puis un deuxième et bientôt un troisième qui sait ?

Cet article est premier de la série Bodylicious, tenez-vous prêt à en découvrir au moins deux autres. En attendant, focalisons-nous sur la pièce du jour !

Une pièce incontournable des années 90

Les années 90 sont souvent représentées comme un naufrage en termes de style. Pure produit de la décennie ( eh » oui, on ne rajeunit pas malheureusement) je proteste et je milite pour redonner ses lettres de noblesse à ces années trop souvent décriées stylistiquement parlant ! Ok, il y a eu des tentatives hasardeuses : les Buffalo, les colliers ras-de-cou tattoo et les survêtements en total look jaune ou vert flashy d’une célèbre marque française au crocodile. Néanmoins, cette période est une source intarissable de tendances revenant très souvent sur le devant de la scène : les jeans taille haute, le streetwear et l’un de mes crushes absolu : le body !

Vous vous souvenez peut-être du body que vous portiez pour aller au sport ou en hiver avec des collants en laine (oui oui j’ai connu ça !) . A l’origine créé en tant que sous-vêtements féminins très sexy, le body s’est démocratisé et s’est complètement transformé. Les fashionistas se l’arrachent et il a désormais une place de choix dans notre dressing.

Pour le porter, deux options s’offrent à vous :

  • En sous-vêtement . Classique, cette pièce de lingerie en dentelle fera chavirer le coeur de votre bien-aimé. Il appuie bien sur les courbures de votre corps et vous rend séduisante ! Choisissez différents coloris et tissus pour varier les plaisirs. Faites attention à bien choisir la taille du soutien-gorge car même si c’est joli, cela doit aussi être pratique.
  • En vêtement. C’est la grande nouveauté : le body en top ( mon option préférée). Disponible de toutes les couleurs et pour toutes les morphos, le body se porte de jour comme de nuit avec n’importe quoi ! Au niveau de la poitrine: si elle menue, vous pouvez vous permettre de mettre des décolletés un peu plus plongeants afin de la mettre en avant. Pour les poitrines plus généreuses, les bodys la souligneront, attention néanmoins au soutien. On opte pour un col arrondi et des manches ou grosses bretelles pour éviter que tous les regards se tournent sur vous.  Au niveau du style, sortez les bijoux en folies pour accessoiriser une tenue un peu simple. Avec un pantalon taille haute qui peut être large, ou taille basse, éclatez-vous, le body est facile à styliser et les matières sont souvent très légères et agréables ! Essayer d’acheter un body qui dispose de bouton au niveau de l’entrejambe pour ne pas avoir à se déshabiller intégralement lors des urgences ;).

Un body avec des manches par plus de 28°C !?

Eh oui, vous avez vu cette magnifique météo depuis le début du mois de juillet ? Bon ok, c’est un projet que j’avais en tête depuis un petit moment. Faute d’avoir pu le réaliser, il était temps que je m’y mette. De plus, cette nouvelle cousette représentait l’occasion de réutiliser des chutes de tissus. Pour l’occasion, j’ai utilisé les chutes de la robe dos nu réalisée dans une maille milano des coupons Saint-Pierre.

Pour cette deuxième variation du body Artesane, à nouveau, j’ai suivi les précieuses indications de Charlotte Jaubert, Experte en lingerie, contenues dans la box j’apprends à coudre mon body couture. Faire l’acquisition de ces cours m’a permis d’appréhender, les rudiments de la couture des pièces délicates et de bénéficier de bons conseils et astuces pour parfaire et acquérir des éléments très spécifiques. En prime, toutes les fournitures sont incluses dans la box : un gain de temps non-négligeable et zéro risque de vous tromper. Bonus supplémentaire : les cours sont accessibles et gratuits à vie, il serait dommage de s’en priver !

Un body simple en apparence

Pour cette variation, à porter idéalement dès l’apparition de l’automne ou lors des fraiches soirées d’été, j’ai opté pour un body simple à encolure bateau et à manches longues. Si vous suivez mes aventures couture sur Instagram, vous avez certainement constaté que ce que je recherche, sans être déguisée, c’est avant tout la petite touche d’originalité qui sera en mesure de faire la différence ! Je n’aime pas nécessairement attirer les regards au niveau de ma poitrine, c’est peut-être étrange mais ça me met mal à l’aise et les fesses je n’en parle même pas ! Pour y remédier, j’essaie de faire en sorte d’attirer le regard ailleurs, l’encolure bateau peut se révéler très élégante en dévoilant subtilement la naissance des épaules.

Dans la cas présent, c’est bien dans le dos que ça se passe : un joli nœud vient casser la version très classique du body et laisse entrevoir avec subtilité votre dos avec ses jolies découpes.

Voilà, vous savez tout à présent, il est temps de découvrir cette nouvelle version du body (photos réalisées en 10 minutes chrono. PS : je n’arrête pas de bloquer sur le rouleau de scotch que j’ai oublié de ranger ;)) J’espère vous avoir donné envie, vous aussi de réaliser cette jolie pièce ou tout simplement de l’adopter dans votre dressing.

A bientôt,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *